Actualités

Une rentrée positive !

Les deux skippers Quéguiner Voiles & Océan faisait leur rentrée sur la première course de la saison, la Solo Maître CoQ. Les marins ont dû composer avec des conditions météo très changeantes : après un départ très calme, il a fallu jouer avec des fronts orageux, avant un finish très tonique. Tanguy Le Turquais termine 11e, tandis que Yann Eliès finit 15e. Des résultats en deçà des attentes des marins, qui retiennent tout de même du positif.

Tanguy Le Turquais (Queguiner-Kayak) au depart de la Solo Maitre Coq - Les Sables d Olonne le 25/06/2020
© Alexis Courcoux


Tanguy Le TurquaisTanguy Le Turquais
« Je suis cramé ! Mon bilan est mitigé car j’ai la sensation de n’avoir que perdu des places depuis le départ. Je visais des Top 10 cette année. Là, je termine 11e à 3 secondes du 10e, c’est extrêmement frustrant.

C’était une course de travail et l’objectif est rempli : je repars avec des devoirs ! J’ai découvert que j’avais des lacunes de vitesse au vent de travers. Il va falloir que je règle cela avant la Solitaire. Je vais en discuter avec mon coach et Yann. En revanche, je trouve que j’ai une meilleure gestion de course et de meilleures trajectoires que l’an dernier. C’est le point positif.

Globalement, je suis content de ma première journée, avec un départ et une première phase que je maîtrise, mais ensuite, c’est si frustrant de perdre des places à cause de la vitesse … Mais au moins, je sais ce qui n’est pas allé ! »

 


Yann Elies (Queguiner-Leucemie Espoir) 6eme de la 4eme etape de la Solitaire Urgo Le Figaro - Dieppe le 23/06/2017Yann Eliès
« C’était vraiment sympa, même si j’ai été très mauvais la 1e nuit. En fait, j’avais un paquet d’algues dans la quille, mais j’ai mis des heures et des heures à comprendre pourquoi je n’avançais pas. Du coup, j’ai réagi quand j’étais en queue de peloton. Ça a un peu conditionné le reste de ma course.

Pour le reste, je suis content et je me suis bien amusé. J’ai appris des choses, notamment comment bien faire avancer le bateau sous pilote, ce qui m’a permis de dormir. J’ai eu du retard à l’allumage mais après ça a été : j’ai réussi à recoller au fur et à mesure. Et c’est important de savoir que je suis capable de recoller au train. Ce n’était pas évident de revenir : il y avait beaucoup de tout droit, avec peu d’opportunités, mais j’ai réussi à gratter quelques places.

J’étais venu pour me faire plaisir, et globalement, ça a été le cas. »