Actualités - Derniers échauffements avant d’entrer dans le vif du sujet…  - Yann Elies - Groupe Quéguiner / Leucémie Espoir

Actualités

Derniers échauffements avant d’entrer dans le vif du sujet… 

Réunis cette semaine, sur les bancs du Pôle France Course au Large de Port-la-Forêt, six binômes de la classe IMOCA se sont offerts une dernière confrontation avant le grand convoyage vers le port du Havre, où ils sont attendus le 16 octobre prochain. Associé à Daniel Souben, qui cette fois encore a joué au co-skipper en l’absence de Charlie Dalin, Yann Eliès n’a pas manqué cette ultime occasion de se frotter à ses petits copains.

Stage entraînement - Port la Forêt - fin septembre 2015
© DR

Ravi d’en découdre, le skipper de Quéguiner-Leucémie Espoir reste même sur sa faim. «Dans la mesure du possible, si je pouvais m’en recoller une petite comme ça, quinze jours avant le départ de la Jacques Vabre, ce serait parfait ! Il faut arriver reposé oui, mais sans perdre le rythme» expliquait Yann, au terme de trois jours de stage, qui ont mis en évidence la progression des bateaux équipés de foils. «Banque Populaire est le foiler qui marche le mieux, et c’est celui qui a le plus travaillé depuis sa mise à l’eau. Le travail paye, il n’y a pas de secret, et même si l’on fera le vrai bilan à l’arrivée de la Transat Jacques Vabre, ces bateaux ont un gros potentiel. Reste à tester leur fiabilité.» Et en attendant d’éprouver leurs machines au large, c’est non loin des côtes, mais avec une belle intensité, que Yann et ses concurrents se sont bagarrés : «C’était super intéressant en terme de temps de navigation, de confrontation, d’expérience accumulée. On a un collectif très fort, et pour moi il ne fait aucun doute que le gagnant de la Jacques Vabre figure dans les six bateaux qui ont fait ces stages et travaillé ensemble» commentait le briochin confiant, et bien décidé à figurer sur le podium de cette transatlantique qu’il disputera avec Charlie Dalin. «J’ai hâte que Charlie revienne, et je suis content car je pense qu’il a hâte de revenir lui aussi» s’est réjoui Yann à propos de son partenaire. «Il sera certainement déçu de ne pas conserver son titre de Champion de France de Course au Large, mais cette course va lui permettre de tourner la page et de se relancer. Et moi je me sens beaucoup plus fort avec Charlie à bord !» confiait également le skipper de Quéguiner-Leucémie Espoir. Attendus sur les pontons du Havre le 16 octobre, les skippers n’ont plus que quelques jours pour peaufiner les derniers détails. Et même si les dés semblent jetés, chaque minute sera mise à profit «A partir de maintenant, on va regarder la liste de travail, et abandonner ce qui n’est pas primordial, pour se concentrer sur l’essentiel.» confessait Yann en évoquant le compte à rebours avant le départ.