Actualités - En embuscade, à l’approche des côtes brésiliennes - Yann Elies - Groupe Quéguiner / Leucémie Espoir

Actualités

En embuscade, à l’approche des côtes brésiliennes

Au contact avec Banque Populaire VIII, à trente milles de PRB, qui dispose à nouveau d’un petit matelas d’avance dans cette Transat Jacques Vabre 2015, Yann et Charlie ont enfin quitté les miasmes équatoriaux et attrapé les alizés, pour glisser vers les côtes brésiliennes dans un flux de Sud-Est modéré.

Passage de l'équateur
© DR

Troisième de la flotte, à une poignée de milles du duo composé d’Armel Le Cléac’h et Erwan Tabarly, le tandem de Quéguiner Leucémie Espoir souffre d’un léger déficit de vitesse par rapport à ses concurrents. Mais loin de se résigner, le skipper briochin et son co-skipper ont redoublé d’énergie pour maintenir la cadence imposée par leurs adversaires. Actuellement lancés dans une course de vitesse, à l’approche de l’ile de Fernando de Noronha, qu’ils contourneront par l’Ouest, ils misent sur une météo plus complexe à l’approche d’Itajaï, pour s’inviter aux avant-postes. «Pour l’instant nous avons 19 à 20 noeuds d’un vent qui tourne progressivement et commence à adonner. Le bateau accélère, mais la véritable adonnante devrait arriver à hauteur de Recife», confiait Charlie, ce matin, avant d’ajouter  «PRB et Banque Populaire sont un peu plus rapides, mais nous faisons le maximum pour les tenir. Pour l’instant, nous jouons sur de toutes petites différences de trajectoire, mais à partir de lundi matin, le vent va devenir très instable, et il y aura des coups à jouer. Nous allons tâcher de bien travailler l’approche finale, car elle promet d’être complexe, avec des vents très faibles sur les dernières 24 heures de course.» Si ce scénario doit faire pâlir les mieux lotis, il n’est pas pour déplaire à nos deux figaristes. Dotés d’un feeling exceptionnel pour déjouer les coups tordus, et tirer le gros lot dans les petits airs, ils comptent bien user de leurs atouts pour jouer la gagne jusqu’au bout.  «C’est vrai que jusqu’a maintenant, dès qu’il y a eu des phases un peu plus stratégiques, nous nous en sommes bien sortis, donc je pense que c’est un point fort. En tous les cas, nous voyons cela comme une opportunité. L’objectif est de rester le plus proche possible des deux leaders, pour avoir la possibilité d’attaquer le moment venu.» confessait Charlie à propos de leurs intentions dans les jours à venir …